Livraison offerte à partir de 50€ d'achat.*

Un peu d'histoire

Tout à commencer au IVème siècle, vers l'an 300~325.

Même si les Romains connaissaient déjà le savon depuis le Ier siècle, l'apparition du savon de Castille arrivera un petit peu plus tard.

Il faut savoir qu'à l'époque les pays du Nord fabriquaient leur savon avec la graisse qu'ils avaient à portée de main. De la graisse animale, essentiellement de la graisse de cochon (comme durant les deux guerres mondiales), ce qui donnait un savon très peu doux, avec une odeur bien spécifique, surtout la cuisson de la graisse. Alors qu'en Espagne, ils faisaient la même chose ! Pour fabriquer leur savon, ils utilisaient la graisse qu'ils pouvaient trouver facilement et en quantité : l'huile d'olive.

oliveraie

Les routes commerciales se sont étendues. Les savons à l'huile d'olive, d'une bien meilleure qualité, dépassent les frontières jusque dans la cour des Rois. Ces petits savons tout doux à la très fine odeur d'huile d'olive plaisent énormément ! Passer du cochon à l'huile d'olive a fait son petit effet :)

vue aérienne de l'alhambra

Le savon de Castille devint donc un soin de luxe très recherché, non seulement pour les bienfaits qu’il procurait à la peau, mais également pour ses valeurs médicinales reconnues sans tarder par le monde médical de l’époque. En effet, l'huile d'olive a une composition physico-chimique qui en fait un soin en soi par son action hydratante et réparatrice. Elle contient des composés phénoliques qui possèdent une activité antioxydante; des phytostérols ayant des fonctions cicatrisante et anti-inflammatoire; du squalène qui est émollient et enfin de la vitamine E aux propriétés antioxydante.

olives noires

A l'époque on pouvait se le procurer chez les apothicaires sous le nom de sapo hispaniensis (savon hispanique) ou sapo castilliensis (savon castillan) et les familles royales de toute l’Europe lui rendirent tous les honneurs.

Aujourd'hui on parle par antonomase de savon de Castille, même si ce savon ne provient pas nécessairement, à l'origine, de la région de Castille, mais bien "du pays aux châteaux".

Et aujourd'hui qu'est-ce qu'ils deviennent ces petits savons super géniaux ?

Et bien rien a changé pour Vert chez-soi :) mais pour les autres...

Il est aujourd'hui assez rare de retrouver un savon de Castille confectionné selon cette recette traditionnelle, car les habitudes que nous avons aujourd'hui nous ont fait déprécier le savon de Castille sous cette forme.

branche d'olivier avec ses fruits

Les maîtres savonniers se sont permis de revoir cette recette et de la réaliser à leur "sauce". On peut retrouver ainsi sur le marché de nombreuses variantes : à base d'huiles essentielles, de parfum, de colorants, etc. Parce qu'en premier lieu l'huile d'olive est très cher !

Pourtant, l'authentique savon de Castille est 100% huile d'olive, sans parfum, sans huile essentielle, sans additif chimique, sans agent moussant ou colorant. De part tous ces éléments, on peut dire qu'il est vraiment le cousin du savon de Marseille, qui arrivera beaucoup plus tard.

Vous trouverez facilement des savons dit de Castille mais qui n'en sont pas ! Ils sont fabriqués avec de l'huile de coco (pour avoir un savon bien moussant) et de l'huile de palme (pour qu'il soit bien ferme). Soyez attentif à la nomenclature INCI sur laquelle vous pouvez vous appuyer pour savoir quels sont les composants. Si vous voyez : Sodium Cocoate (huile de coprah(=coco) saponifiée) ou pire Sodium Hydrogenated Cocoate (huile de coprah hydrogénée saponifiée), ou encore Sodium Palmate (huile de palme), Sodium Palm Kernelate (huile de palmiste).

Même si ces produits ne sont pas dangereux, ils posent néanmoins un véritable problème étique quant à leurs impacts sur l'environnement.

Ok c'est noté !

Mais alors quelle est la différence avec le savon de Marseille ?

savons de Marseille

Et bien c'est assez simple. Le savon de Marseille est issu de la saponification à chaud. C'est-à-dire que la pâte à savon a été cuite durant une dizaine de jours à 120°C. Elle est ensuite rincée à plusieurs reprises avec de l'eau salée afin de retirer l'excédent de soude.

"Un peu de chimie : Huile + soude = savon + glycérine"

Sauf que le mécanisme de rinçage entraîne aussi la disparition de la glycérine.

On reconnaît notamment un vrai savon de Marseille grâce à l'inscription 72% d'huile d'olive, il doit être mentionné "Sodium Olivate" et rien d'autre. Il n'existe aujourd'hui plus qu'une poignée de maître savonnier fabriquant du véritable savon de Marseille.

Et alors ? Le savon de Castille c'est pareil, non ?

Et bien non !

Le seul point commun se situe dans l'huile d'olive. Quand au procédé de fabrication il n'a rien à voir.

Le savon de Castille, lui, est issu de la saponification à froid. La pâte à savon ne dépasse pas les 40°C, ce qui a pour incidence de conserver toutes les propriétés de l'huile d'olive citées précédemment.

savon Le Castillan de Vert chez-soi

De plus, à froid nous pouvons y ajouter de l'huile qui restera libre dans le savon. Le savon sera alors dit surgras. Le savon Le Castillan de Vert chez-soi est surgras à 5%, ce qui permet de nourrir la peau mais également de la garder bien douce.

Bonne douche à tous ;)

Thomas, votre artisan savonnier.